Bélier Ivory Coast
Jeannot Ahoussou-Kouadio

La Région du Bélier est une Collectivité Territoriale ivoirienne, membre du GCF Task Force. Elle est située au centre de la Côte d’Ivoire.

La Région du Bélier a subi une forte émigration de ses populations vers d’autres frontières agricoles ivoiriennes, une fois épuisée de ses ressources foncières de production des principales cultures de rente (Café, Cacao, etc.).A cheval sur la forêt et la savane arborée la Région du Bélier dispose d’importants cours d’eau et présente l’avantage d’un vert pâturage. Elle offre la possibilité de développement de toutes les spéculations agricoles, surtout des cultures vivrières, et la possibilité de développement des ressources animales et aquacoles. Son sol est également riche en minerais. Région carrefour au centre de la Côte d’Ivoire, la Région du Bélier compte un grand nombre d’immigrés venus des pays de la CEDEAO et des autres pays d’Afrique.

Aussi bien en zone de forêt qu’en zone de savane, les écosystèmes sont fortement dégradés. L’activité économique dominante de la Région étant l’agriculture et l’élevage, les activités champêtres, l’exploitation de la forêt, le charbonnage, les feux de brousse sont les plus grandes sources de pressions sur la forêt. Le patrimoine forestier est sérieusement dégradé : la surface occupée par la forêt est de 825,5 km² contre 1850 km², il y a 20 ans.

Pour inverser la tendance de la dégradation de la forêt régionale, Le Conseil Régional a déjà réalisé 4 forêts communales de 5 ha, chacune et a en projet la création de 4 forêts départementales protégées de 10 ha chacune.

Résumé

6,809km²
12.1%
--%

Démographie

346,748
1.5%
Type% 
Group% 

Économie

USD529.21 M
USD1,526
Type% 
--

État de la forêt[a]

1,850km²
826km²
1,025km²
1M MtC
Typekm² 
Typekm² 
Classified Forests198

Le massif forestier de la Région du Bélier s’est dégradé de 5,58% annuellement pour la période de 1986 à 2000 et de 2,97% pour la période de 2000 à 2015. Cette tendance est à inverser car la forêt tend à ne presque plus exister dans la Région de Bélier (825,5 km2, soit moins de 2% de la superficie totale)

Selon l’analyse des moteurs de déforestation réalisée au niveau national (FAO et SEP-REDD+, 2016), le principal moteur de déforestation de la région du Bélier est l’expansion agricole (68%). Y sont dominantes la cacaoculture, la riziculture et la culture d’hévéa. Viennent ensuite l’exploitation forestière à 26%. Les parts de l’exploitation minière et de l’expansion des infrastructures y sont minimes car ne dépassent pas pour chacune d’elles 3%.

De plus, les exploitations de bois d’œuvre, de bois de chauffe et les feux de brousse sont très importantes dans le processus de dégradation des forêts. De même, ces feux de brousse favorisent le développement de curasses latéritiques réduisant ainsi les surfaces cultivables

Sous l’effet de ces moteurs, le patrimoine forestier régional s’est sérieusement dégradé : la surface occupée par la forêt est de 825,5 km² sur 1850 km², il y a 20 ans

Ces moteurs sont exacerbés par certains facteurs politiques et institutionnels, notamment les crises politiques et l’ancienne volonté politique du Gouvernement à développer à tout prix l’agriculture; par des facteurs démographiques (migration et augmentation de la population) et les facteurs économiques dont l’attractivité économique de la région eu égard à son niveau de développement. 

Notes

a.En raison des différentes approches méthodologiques et des années de référence, les champs de données sur l'état des forêts peuvent différer légèrement. Les sources de données pour chaque champ sont énumérées ci-dessous.