Superficie totale des terres
11,376 km² 7.2 % Forêt
Tendance à la déforestation
Zone forestière originale
8,254 km²
Zone forestière actuelle
820 km² 0.006 % du total mondial
Superficie totale déboisée
7,434 km²
Carbone forestier total
7 M MtC 0.004 % du total mondial
La description

La région du Cavally a une superficie d’environ 11.300 km². La population résultant du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) 2014 est 459 964 habitants qu’on peut estimer aujourd’hui à 550 000 habitants avec le retour de certains exilés.

Le climat est de type tropical chaud et humide favorisant une pluviométrie abondante et régulière donnant une végétation luxuriante propice à l’agriculture. L’hydrographie est composée du fleuve Cavally et de grandes rivières : N’zo, Douihi, N’zé, Niyon et du Goin.

Le climat est favorisé par l’écosystème engendré par la présence du parc national de Tai composé de forêt primaire d’une superficie de 530.000 ha. L’économie de la région est basée sur le secteur primaire notamment l’agriculture. A côté, il existe un secteur secondaire très important et un secteur tertiaire encore mal organisé. Concernant les aires protégées nous avons, notamment, la forêt de Taï classée par l’UNESCO patrimoine mondial et d’autres forêts classées comme : Forêt classée du GOIN-DEBE (133 170 ha); Forêt classée du CAVALLY (64 200) ; Forêt classée du SCIO (88 000ha) ;Forêt classée SANTE .

En raison de la végétation forestière abondante et de la fertilité des terres, l’économie de la région repose sur l’agriculture notamment les cultures de rente, les cultures vivrières et l’exploitation forestière à côté desquelles se développe une activité extractive de minerai. Cependant depuis l’arrivée des industriels du caoutchouc que sont la CHC, la SOGB et le TRCI, l’hévéaculture est pratiquée à grande échelle dans la région et pourrait supplanter le café et le cacao.

Hormis le Parc National de Taï, les aires protégées de la Région du Cavally connaissent un fort taux de dégradation dû à l’activité humaine, notamment, la pratique de l’agriculture, la chasse, l’orpaillage dans les parcs et réserves. Le Conseil Régional du Cavally en liaison avec les structures de l’Etat chargées de la surveillance des Parcs et Réserves mènent des actions de sensibilisation et de répression à l’encontre des occupants clandestins des forêts classes. Un partenariat a aussi été tissé avec l’ONG WCF pour sensibiliser sur l’utilité des forêts classes et leur préservation.

Contacts
Représentant
Paul Patrice-Kehaut
Chief of Staff to the President of the Regional Council of Cavally
Représentant
Aka Jacques Olivier Malan
Technical Advisor, Project Coordinator of the Regional Council of Cavally
Gouverneur
Sarr Bohé Marius Melaine Degbahoua
Démographie
Population de l'État / Province
550,000 2.3 % de la population nationale
Population urbaine ou rurale
Groupes ethniques
Économie
État / Province PIB
USD 39,910,000,000
Revenu annuel par habitant
USD 1,599
Indice de développement humain
Répartition du PIB
Principales exportations
État de la forêt (1)
Types de végétation majeurs
La gestion des forêts
Protected Areas 5,300 km²
 
Classified Forests 3,500 km²
 
Taux de déforestation
Les moteurs de la déforestation

Les principaux moteurs de déforestation de la région de Cavally sont l’expansion de l’agriculture à 60% (cacaoculture, hévéaculture et autres cultures de rentes y compris). Les poids du développement des infrastructures et des feux de brousse y sont importants (respectivement à 16 et 14%). En termes de dégradation, l’exploitation forestière illégale est le plus important moteur identifié (à 41%), suivi de la prépondérance des feux de brousses et de l’exploitation du bois énergie.

Les moteurs directs de déforestation sont renforcés principalement par les facteurs démographiques dont les migrations et l’accroissement naturel; mais aussi par les facteurs politiques (crises politiques et faible application des législations en vigueur). Par contre, les moteurs de dégradation sont exacerbés par la faible application des textes de loi en vigueur mais aussi par l’attractivité économique et les demandes de produits (agricoles et forestiers) sur le marché national.

Notes
(1) En raison des différentes approches méthodologiques et des années de référence, les champs de données sur l'état des forêts peuvent différer légèrement. Les sources de données pour chaque champ sonténumérées ci-dessous.